Utilisez l’action mécanique


Si je vous dis que pour s’y mettre, il faut s’y mettre, vous allez certainement penser que je vous sors une belle évidence ! Et pourtant…

Le plus souvent, toutes les belles théories psychologiques ne vous avanceront pas plus que cette simple logique qui est que l’action entraîne l’action.

Notre monde est devenu relativement mou à l’ère moderne, car nous sommes entourés de machines, de gadgets et de systèmes qui font le travail à notre place. Dans une majorité de cas, ces aides sont les bienvenues car elles nous font gagner du temps et nous permettent de nous concentrer sur l’essentiel, mais elles nous ont, dans l’ensemble, rendu naturellement paresseux.

Initiez une action et elle se poursuivra d’elle-même assez facilement

Nous avons perdu l’habitude de faire des efforts concrets et répétés pour obtenir ce que nous désirons, et parfois, nous nous sentons dépassés à l’idée de devoir nous mettre en mouvement.

Pourtant, il suffit souvent d’initier une action pour qu’elle se poursuive d’elle-même assez facilement, et toute la différence entre l’actif et le passif va consister en ce 1er geste de lancement, qui amorce l’action mécanique :

Stressé(e) ? Et si vous manquiez de dopamine ?
Comment forcer votre cerveau à produire plus d’hormones du bien-être de manière douce et naturelle
Comment forcer votre cerveau à produire plus d’hormones du bien-être de manière douce et naturelle
Je veux en savoir plus !

• Si vous quittez la table sans la débarrasser et que vous partez faire autre chose en pensant au moment pénible où vous devrez revenir pour nettoyer, vous ne ferez que repousser l’échéance et vous ne profiterez pas vraiment de ce que vous êtes en train de faire. Alors levez-vous en prenant immédiatement quelques assiettes, car une fois la mécanique lancée, vous ferez naturellement le reste.

• Si on vous remet un dossier à traiter et que vous vous contentez de l’observer posé sur votre bureau, en imaginant à quel point cela va être dur de vous en occuper, vous rendez les choses de moins en moins abordables. Alors ouvrez-le sans réfléchir, commencez à le lire en prenant des notes et vous en aurez rapidement parcouru la moitié sans vous en rendre compte.

L’action doit se produire “maintenant”, et non plus tard

La façon la plus simple d’utiliser l’action mécanique est de bannir un certain nombre de mots de votre vocabulaire, lorsque vous évoquez l’action : “un jour”, “demain”, “la semaine prochaine”, etc. sont autant de mots qui sont incompatibles avec l’action puisqu’ils relèvent de l’intention.

L’action se produit “maintenant”, et uniquement maintenant, et vous devez arrêter de penser à ce que vous ferez plus tard pour réellement agir maintenant.

Si vous prenez l’habitude d’utiliser le plus souvent possible le temps du présent pour parler et réfléchir, plutôt que celui du futur et du conditionnel, vous serez surpris des résultats concrets que vous obtiendrez, car votre esprit sera beaucoup plus convaincu : l’action immédiate requiert de la croyance, thème souvent abordé dans cet ouvrage, et permet ensuite de céder la place à l’action mécanique.

J’illustrerai mon propos en vous racontant une de mes soirées d’étudiant, datant de quelques années, comme vous en avez tous certainement connu au moins une de votre côté…

J’avais environ 20 ans, je m’étais promis très sérieusement de passer une soirée à réviser intensément pour un partiel à venir, et j’ai décidé de m’y mettre dès 18h.

En rentrant chez moi, je me sentais un peu fatigué, et j’ai pensé que me relaxer un peu devant l’ordinateur serait, après tout, un bon moyen de me mettre en condition… J’y suis resté 2 heures, car je me suis souvenu que je devais envoyer un mail à une de mes connaissances et que notre échange écrit a donné lieu à un coup de téléphone juste dans la foulée.

À 20h, j’ai réalisé que j’avais faim et j’ai pensé que je pourrais partager ce repas avec mon colocataire, ce qui a fait que le repas a duré plus de 2h.

À 22h30, je me suis dit qu’une petite douche me remettrait les idées au clair et que je pourrais travailler juste après : j’ai eu la mauvaise idée de vouloir m’allonger juste après pour “sécher un peu”, et je me suis endormi une heure.

À minuit, j’ai enfin parcouru mes notes d’un œil peu énergique et j’ai jeté l’éponge à 1h du matin en me disant que je me débrouillerais du mieux possible le lendemain.

Je n’ai pas obtenu une très bonne note à ce partiel, et je crois me souvenir que j’ai eu l’audace de dire à mon professeur peu de temps après “je ne comprends pas, j’ai quand même étudié jusqu’à 1h du matin…”.

Agissez immédiatement

Ceci pour vous montrer qu’à force de me préparer à travailler, je n’ai jamais vraiment travaillé ce soir-là.

Il est inutile que vous perdiez du temps et de l’énergie à vous préparer à agir, car il vaut toujours mieux que vous les utilisiez pour agir immédiatement : oubliez donc les multiples cafés du matin au bureau qui sont censés vous permettre de vous mettre au travail, et mettez-vous plutôt directement au travail car une fois le lancement effectué, l’action mécanique prendra le relais et vous réussirez à être beaucoup plus efficace au final.

Pour aller plus loin : Cet article est un extrait du livre “Allez de l’avant” que vous pouvez télécharger gratuitement

Stressé(e) ? Et si vous manquiez de dopamine ?
Comment forcer votre cerveau à produire plus d’hormones du bien-être de manière douce et naturelle
Comment forcer votre cerveau à produire plus d’hormones du bien-être de manière douce et naturelle
Je veux en savoir plus !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.