Dr Maxwell MALTZ

PSYCHO CYBERNÉTIQUE

chapitre 2 : notre "super cerveau" électronique

l y a 15 ans, les savants ne savaient pas encore très bien comment le cerveau humain et le système nerveux central fonctionnaient pour accomplir un acte réfléchi, ne serait-ce qu’un geste aussi simple tel que prendre un paquet de cigarettes sur une table.

Ils avaient observé longuement, minutieusement, ce qui se produisait, mais n’avaient pu réunir tous ces phénomènes en concept logique et sensé.

Cependant, lorsque l’homme voulut construire un “cerveau électronique” et le doter de mécanismes chercheurs d’objectifs, il fut bien obligé de découvrir et d’utiliser certains principes de base. Cette science nouvelle fut appelée “cybernétique”, du mot grec kubernesis qui signifie “diriger” au sens figuré.

Ayant découvert les principes fonctionnels nécessaires, les hommes de science commencèrent à se demander :

“Serait-ce de cette façon aussi que fonctionne le cerveau humain ?

Est-il possible qu’en fabriquant l’homme, notre Créateur l’ait équipé d’un “servomécanisme” plus merveilleux qu’aucun cerveau électronique imaginable, mais fonctionnant selon les mêmes principes de base ?”

À quoi de nombreux cybernéticiens répondront par l’affirmative.

Leur conclusion, pour étrange que ce soit, pourrait avoir un effet incommensurable sur votre bonheur ou votre malheur personnel.

L’ironie du sort a voulu que la cybernétique, qui n’a strictement été au départ qu’une étude de machines et de principes mécaniques, en soit arrivée à rendre à l’homme sa dignité d’être unique et créateur.

En revanche, la psychologie, dont le premier objet était l’étude de la “psukhe”, autrement dit de l’âme, a presque réussi à déposséder l’homme de cette âme.

"Comme tout ordinateur, notre Mécanisme Créatif utilise les données emmagasinées, ou "mémoire", pour résoudre les problèmes courants et réagir aux situations courantes"

Maxwell maltz

Les écrits des psychologues ont fait état de tant d’anomalies – concept de culpabilité, instinct d’autodestruction et autres du même genre – que la plupart des gens se sentaient impuissants à se mesurer avec toutes ces forces négatives contenues dans la nature humaine.

Certains psychologues sont même allés jusqu’à tenir la volonté pour un mythe, la conscience pour une vulgaire réaction chimique et la pensée pour rien de plus qu’une vibration d’électrons.

La science de la cybernétique n’émet pas de ces affirmations.

Elle ne nous dit pas que l’homme est une machine, mais qu’il possède et utilise une machine.

Elle ne considère pas du tout le subconscient comme une manifestation de l’esprit, mais comme un mécanisme, un “servomécanisme” à tête chercheuse – si l’on peut dire – composé de l’encéphale et du système nerveux central, qui est utilisé et dirigé par l’esprit.

Ce mécanisme interne est impersonnel et automatique, comme n’importe quel autre servomécanisme.

Il utilise les données emmagasinées par la “mémoire” et travaille sur les “données” que nous lui fournissons (nos pensées, nos convictions, nos interprétations).

Par nos attitudes et notre interprétation des faits, nous “programmons”, en quelque sorte, le problème à résoudre.

Si nous fournissons au mécanisme des “données” qui tendent à nous représenter nous-mêmes comme indignes, inférieurs, sans mérite ou incapables (autrement dit un “autoportrait” négatif), il se fondra sur ces éléments pour résoudre des problèmes courants ou réagir aux situations courantes.

Notre machine interne fonctionnera donc automatiquement dans le sens du bonheur et du succès, ou dans celui de l’échec et du malheur, selon les “données” que nous aurons choisies pour l’alimenter.

continuer à lire

Chapitres Suivants

Le fonctionnement du mécanisme

Les servomécanismes se divisent en 2 types : ceux dont l’objectif est connu et dont la fonction est de l’atteindre ; ceux dont l’objectif n’est pas connu et dont le rôle est de le découvrir.

Dressez un nouvel autoportrait mental

Toutes les créatures viennent au monde avec ce mécanisme automatique interne.
Pour les animaux inférieurs, leur destination est pour ainsi dire fixée d’avance et se limite aux besoins de conservation et de procréation.

Déshypnotisez-Vous

L’image que vous vous faites de vous-même (les données que vous utilisez pour alimenter votre servomécanisme interne) impose souvent des limites rigides et injustifiées à vos capacités

psycho cybernétique

Pas le temps de tout lire ?