Dr Maxwell MALTZ

PSYCHO CYBERNÉTIQUE

chapitre 6 : Oubliez vos erreurs passées

Après avoir assisté à une séance d’hypnotisme, Dorothée Brande lut par hasard une phrase du psychologue Myers qui, dit-elle, transforma toute sa vie.

Myers expliquait que les talents et les capacités manifestés par un sujet sous hypnose étaient dus à ce que sa mémoire était “purgée des échecs passés”.

Miss Brande tint alors le raisonnement suivant : pourquoi une personne en état de veille ne pourrait-elle pas employer ce même pouvoir pour purger sa mémoire du souvenir des insuccès passés ?

Elle décida d’agir comme si elle était déjà pourvue des forces et des capacités qu’elle essayait d’acquérir.

Au bout d’un an, sa production littéraire avait considérablement augmenté.

De plus, elle s’était découvert un certain talent oratoire, elle qui avait toujours redouté de parler en public.

Elle fut bientôt très sollicitée en tant que conférencière et y trouva du plaisir.

Tout servomécanisme, de par sa nature propre, renferme les souvenirs d’erreurs ou d’échecs passés.

Ces expériences négatives ne doivent pas entraîner d’inhibition.

Au contraire, elles contribuent au processus éducatif, à la condition d’être judicieusement utilisées et considérées comme de simples déviations par rapport à la trajectoire envisagée.

Nos erreurs, nos fautes et nos échecs, parfois même nos humiliations, sont des pas nécessaires sur la route de notre perfectionnement.

Ils ne sont que les moyens d’atteindre une fin, et non une fin en eux-mêmes, et dès qu’ils ont rempli leur rôle, il faut les oublier.

S’appesantir sciemment sur une erreur, en tirer un sentiment de culpabilité, ou se faire des reproches incessants à ce sujet, donnent à cette erreur ou à cet échec la valeur d’un but.

Et automatiquement, l’imagination et la mémoire s’orientent dans ce sens.

"Nos erreurs, nos fautes, nos échecs, parfois même nos humiliations ont été des pas nécessaires sur la route de notre processus d'apprentissage."

Maxwell maltz

Le souvenir des insuccès passés peut influencer défavorablement votre action présente si vous vous y arrêtez en concluant sottement : “J’ai échoué hier, il s’ensuit obligatoirement que j’échouerai aujourd’hui.”

Aussitôt que vous refoulez de pareilles pensées de votre esprit et que vous cessez d’accorder une influence au passé, celui-ci, avec tout son cortège d’erreurs, perd toute emprise sur vous.

Une de mes clientes m’a demandé un jour : “Si la formation du tissu cicatriciel est un phénomène naturel et automatique, pourquoi ce tissu ne se forme-t-il pas quand un chirurgien esthétique fait une incision ?”

La réponse est la suivante : quand on se fait une entaille au visage et que la coupure guérit naturellement, il se forme du tissu cicatriciel parce que dans les couches profondes, juste en-dessous de la blessure, s’exerce une certaine tension qui tire la peau en retrait, créant une sorte de sillon qui s’emplit de tissu cicatriciel.

Tandis que le plasticien non seulement tend étroitement la peau par des sutures, mais sectionne aussi quelques fragments musculaires sous l’épiderme afin d’éviter cette tension.

L’incision guérit alors doucement, uniformément, sans laisser de déformations à la surface.

Il est intéressant de remarquer qu’un processus identique se produit dans le cas d’une blessure morale.

S’il n’y a pas de tension, c’est-à-dire si vous n’y pensez pas, il ne restera aucune cicatrice.

continuer à lire

Chapitres Suivants

COMMENT VOUS SERVIR DE VOTRE SERVOMÉCANISME INTERNE

Depuis quelque temps, le mot “stress” est entré dans le langage courant. On parle de notre époque comme celle du “stress”. Le souci, l’insomnie, l’ulcère à l’estomac sont considérés comme indissociables du monde moderne.

LE MEILLEUR DES AUTOPORTRAITS

On demandait au physiologue Ivan Pavlov, sur son lit de mort, de livrer un dernier conseil à ses élèves sur la manière de s’y prendre pour réussir. Il répondit : “Avec passion et graduellement”.

psycho cybernétique

Pas le temps de tout lire ?