La haie a été taillée !

3 leçons de management pour une taille de haie !

Il y a quelques jours, la voisine de l’agence nous a signalé que “notre” haie était trop haute, débordait de son côté et qu’il serait bien de la faire tailler

Ni une ni deux, j’envoie la demande au service maintenance qui mandate un prestataire en 48 heures chrono. TOP !

Jusqu’ici, tout allait bien. Mais…

Le soir venu, je constate que la taille de la haie ne correspond pas tout à fait (!) à ce que j’avais demandé/prévu

Je suis surpris et me demande quelle serait ma réaction si j’étais à la place des voisins.

[En fait, je sais parce que je demande à mon voisin de tailler sa haie depuis 3 ans et il ne le fait pas ! (note pour moi-même : ne PLUS JAMAIS lui demander)]

ma haie
Devinez de quel côté je parle 😉

Je leur demande leur avis : ils sont dépités aussi de leur nouveau vis-à-vis sur la moitié de la ville et du libre accès à leur propriété

Partant du principe qu’il y a toujours quelque chose à apprendre de chaque situation, nous avons fait notre brief de ce matin sur ce sujet

Nous avons trouvé 3 leçons majeures qui pourront nous aider au quotidien : 2 sont plutôt orientées management (mais nous manageons tous nos clients !) et une 3ème plus en lien avec notre posture

1ère leçon : La précision

Si je ne suis pas précis dans ma demande, je m’expose à toutes sortes de surprises dans son traitement.

Dans mon cadre de référence, une taille de haie se fait en “vertical” (épaisseur) et éventuellement en horizontal (pour la hauteur).

Jamais horizontale en bas !

Le prestataire avait un cadre de référence différent : la haie était abimée et le mieux pour qu’elle reparte était de la tailler en bas

Si nous en avions parlé, nous aurions sans doute réussi à trouver une solution intermédiaire à nos 2 visions

De la même manière, si je ne réponds pas précisément aux questions ou objections de mon prospect, j’ai peu de chances de le voir devenir client

Il est donc nécessaire de valider et faire valider une demande en essayant de la voir sous tous les angles, de façon la plus précise possible

2ème leçon : L'anticipation

Toujours partir du principe que

“Tout ce qui peut être compris de travers le sera”

et que la loi de Murphy (aussi connue sous le nom de “loi de l’emmerdement maximal”) complètera le tableau

Anticiper n’est pas une perte de temps, c’est un investissement

3ème leçon : Apprendre de ses erreurs

Ce qui implique de parfois passer pour un psychopathe en expliquant trop, en anticipant trop, en étant trop précis.

L’avantage, c’est qu’on a des histoires à raconter pour justifier du pourquoi on est comme ça ! 🤣

"L'expérience, ce n'est pas ce qui nous arrive.

C'est ce que nous faisons de ce qui nous arrive"

Il y a certainement de nombreuses autres leçons à tirer de ce genre de mésaventure

Toutes les idées sont les bienvenues, vous pouvez partager les vôtres dans les commentaires. Merci !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.